Comment motiver vos collaborateurs ?

Un milieu de travail axé sur le respect assure un flux constant d’idées novatrices et réduit le roulement du personnel. Le secret, c’est une collaboration efficace, un élément essentiel dans le monde du travail d’aujourd’hui. Si votre entreprise est une roue qui doit constamment aller de l’avant, considérez le PDG comme le centre et les employés comme les porte-parole. Le moyeu tient tout ensemble, mais la roue s’écroulerait si  chaque rayon ne fait sa part. Pourtant, pour créer un milieu de travail où les collègues se font confiance, il faut souvent que les dirigeants changent d’état d’esprit.

Bien que vous soyez PDG maintenant, vous n’avez pas commencé là. Vous avez commencé au bas de l’échelle, sans titre ni expérience significative en gestion. Par conséquent,  vous avez appris à diriger en testant des hypothèses et en vous en tenant aux gagnants. Rappelez-vous que vous avez essayé de motiver les gens à faire de leur mieux, mais vous n’aviez  aucune autorité. Lentement, vous avez réalisé le pouvoir de demander de l’aide. Les leaders ne sont pas omniscients ; les solides délèguent et restent ouverts au changement. Ils trouvent aussi leur force dans les conseils des autres. Ce n’est pas de la faiblesse de savoir ce qu’on ne sait pas.

Passez de “je” à “nous”

Au fil du temps, vous en êtes venu à pratiquer ce que beaucoup de gens appellent le leadership au service des autres. Les leaders serviteurs restent au premier plan plutôt qu’au sommet, partageant les responsabilités et plaçant les besoins de l’équipe au premier plan. Cette approche crée un sentiment d’appartenance à la communauté et favorise de formidables projets de collaboration. Ce qui se traduit par une foule d’avantages. L’un des avantages initiaux de la création d’une culture de travail où chacun a son mot à dire est un flux constant d’idées nouvelles et meilleures. Les employés qui se sentent entendus et font partie d’un ensemble plus vaste ont tendance à se faire entendre pendant les séances de remue-méninges, même s’ils n’y sont pas invités.

Si l’on tient compte du fait que, selon Gallup, 71% des travailleurs du millénaire ne sont pas engagés, ce niveau de participation est un atout précieux. Ne blâmez pas carrément les millénaires, car 70% de ces jeunes travailleurs disent qu’ils se sentent désengagés à cause d’un mauvais leadership. Par conséquent, la réduction du roulement du personnel est un autre résultat positif d’une plate-forme de démocratie modifiée. Qu’ils aient été promus de l’intérieur ou qu’ils aient été amenés de l’extérieur pour insuffler une nouvelle vie à d’anciens processus, les précieux travailleurs veulent s’enfoncer les talons dans le sol. Après tout, pourquoi errer quand on se sent chez soi ? Vous n’avez pas besoin d’être les meilleurs amis de vos employés pour vous engager avec eux d’une manière significative qui améliore votre connexion ainsi que l’environnement de travail de votre entreprise. Il suffit de mettre en place des mesures pour instaurer une culture de concessions et de concessions démocratiques au lieu de directives sans fin.

Comment pratiquer le leadership au service des autres ?


1. Accordez à vos employés le crédit qui leur revient

Les travailleurs ont-ils eu des idées étonnantes qui ont permis à l’entreprise d’économiser de l’argent, de rationaliser les systèmes, d’aider les clients, ou autre chose de magnifique ? Félicitez-les, peut-être devant leurs pairs. Ne vous attribuez jamais le mérite d’une pensée innovatrice qui n’est pas venue de votre cerveau. Sinon, vous risquez de perdre parce que les employés cesseront de cotiser. Bien sûr, vous devez être judicieux : ne faites pas de publicité pour chaque mot qu’un employé dit. Le respect mutuel se construit au fil du temps et dans un environnement exempt de micro-gestion. Assurez-vous que les gens se sentent valorisés en leur confiant leur travail et en chantant leurs louanges lorsque c’est approprié.


2. Restez en contact avec les employés

Au fur et à mesure que votre entreprise prend de l’expansion, vous pourriez trouver difficile d’avoir des relations personnelles avec tous ceux qui sont sur la liste de paie. Néanmoins, faites de votre mieux pour communiquer régulièrement avec le plus grand nombre de contributeurs possible. L’étude Gallup mentionnée tout à l’heure a révélé qu’environ un cinquième seulement des millénaires s’assoient avec leurs superviseurs une fois par semaine. Encore moins estiment que les commentaires qu’ils reçoivent de ces superviseurs font une différence. Contrecarrez cette tendance en planifiant des réunions formelles et en vous rendant disponible pour des discussions impromptues. Vous favoriserez la civilité et le sens de la camaraderie, ce qui vous aidera à traverser les moments difficiles inévitables.


3. Pratiquez l’écoute

Avez-vous déjà parlé à quelqu’un en sachant qu’il n’a pas entendu un mot de ce que vous avez dit ? Leurs yeux étaient larges et concentrés, mais leur cerveau était ailleurs. a vous dit quelque chose ? Les dirigeants ont beaucoup de choses en tête, mais ce n’est pas une excuse pour ne pas écouter les gens. Si vous avez de la difficulté à éteindre toutes ces pensées lancinantes, exercez-vous à faire attention. Demandez à un proche de vous de vous aider à améliorer votre capacité d’écoute en vous disant quelque chose d’important. Une fois que cette personne a fini de parler, perroquet ce qu’ils ont dit sans sauter immédiatement aux conclusions ou fournir une solution. Laissez les nouvelles connaissances s’infiltrer et prenez le temps de réfléchir. Au fur et à mesure que vous irez mieux, ce ne sera pas si difficile d’écouter pour de bon.


4. Gérez les réunions dans un style collaboratif

Avez-vous l’habitude de faire la plupart des discours pendant les réunions ? Est-ce que vous interrompez parfois lorsque d’autres se taisent ? Votre intention est peut-être simplement de passer plus rapidement à travers la réunion, mais ces erreurs de leadership peuvent donner aux membres de l’équipe l’impression qu’ils n’ont pas d’importance. Essayez de modérer vos petites réunions en donnant à chaque participant la possibilité de parler sans interruption. Évitez de donner la parole uniquement aux extravertis en demandant la rétroaction de tout le monde, peut-être en commençant par un bout de la table et en travaillant ensuite autour. Si vous avez du mal à vous empêcher d’interrompre la conversation, ou si vos gens semblent hésiter à parler parce qu’ils ont peur de vous offenser, envisagez d’engager quelqu’un pour modérer des réunions importantes.


5. Acceptez la rétroaction sans réactions spontanées

On ne peut pas aller mieux sans entendre la vérité, aussi difficile que cela puisse être. La plupart des employés ne feront pas tout ce qui est en leur pouvoir pour vous dire “tel quel”, alors vous voudrez peut-être mener des sondages anonymes pour avoir une idée de ce que vous faites bien et de ce que vous pouvez améliorer. Après avoir reçu cette rétroaction, essayez d’apporter des changements. Vous voudrez peut-être même parler de vos intentions à certains de vos collègues, ce qui vous rendra responsable et renforcera le sentiment de confiance que vous voulez perpétuer au sein de votre organisation. Cela montrera également à votre équipe que vous prendrez au sérieux leurs suggestions ou préoccupations. Malgré la nature autocratique du leadership commercial, les opérations, les idées et les processus quotidiens peuvent encore avoir lieu dans un environnement démocratique. C’est une solution gagnante pour les entreprises modernes qui veulent vraiment une main-d’oeuvre plus heureuse, et qui veulent s’assurer que leur “roue” continue de tourner pendant des décennies à venir. 

Cette entrée a été publiée dans RH. Sauvegarder le permalien.